Education et Transmission

Du 08 au 12 décembre 2017, le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (C.N.S.M.D.P.) présente «étuDiANSE Op. 7». Chaque spectacle se compose de quatre chorégraphies qui sont interprétées par les classes Classique et Contemporaine du ‘Junior Ballet’ (2ème cycle d’enseignement supérieur). La première pièce est la reprise d’un extrait d’une chorégraphie que José MARTINEZ avait créée pour le Junior Ballet Classique en 2009 : «Ouverture en deux mouvements» sur la «Symphonie n°1 en ré majeur» de Serge PROKOFIEV. Cette œuvre est une démonstration de technique classique pour trois couples de danseurs qui alternent solos, duos et ensembles. La première partie possède une atmosphère classique pure avec une technique aérienne et les danseurs font preuve d’une belle élévation (photo du haut : Lucas SCHNEIDER ; photo du bas, de gauche à droite : Tom RESSEGUIER, Miyu HIRAMATSU et Théodore POUBEAU), alors que la deuxième partie rappelle le style de William FORSYTHE, avec des décalés néoclassiques bien plantés dans le sol (voir photo du haut de l’article suivant avec Mai ISHIHARA et Théodore POUBEAU). Tout au long de la chorégraphie, les danseurs apportent un bel élan de fraîcheur, tout en montrant une bonne technique classique, mais l’ambiance générale reste assez scolaire avec peu de développement artistique. // Voir la suite sur l’article suivant (2).
La deuxième pièce, «Zooooooool», est une chorégraphie résolument originale de Sylvie LE QUÉRÉ, où dansent trois êtres imaginaires qui semblent s’être échappés d’une décharge de papier (voir photo du bas). Si j’adhère au côté créatif et à la dimension artistique de l’œuvre qui nous fait découvrir un nouvel univers, en revanche je trouve que la mise en valeur des trois danseuses déguisées manque un peu dans le cadre d’une représentation d’un Junior Ballet. Néanmoins, bravo à elles pour leur bel engagement dans cette pièce inhabituelle. // Voir la suite sur l’article suivant (3).
La troisième pièce est une création de Karim SEBBAR pour les élèves contemporains qui s’intitule : «#Mauvais Genre» (voir photos avec, sur la photo du bas de gauche à droite : Océane DELBREL, Constance DIARD et Zoé BLÉHER). Dans le silence ou sur les musiques «A natural Woman» d’Aretha FRANKLIN et «Nothing compares to you» de Jimmy SCOTT, la chorégraphie fait un peu l’effet d’un fourre-tout à la mise en scène théâtrale : introduction à la Star Wars avec lampe frontale et balai présenté comme un fusil, puis une danse de femmes de ménages dans les coulisses d’un théâtre, qui laisse place à trois vamps de music-hall qui s’expriment devant un micro dans un discours féminisant sur les stéréotypes sexistes … Si les trois danseuses contemporaines peuvent montrer un large éventail de leurs possibilités, en revanche la chorégraphie laisse un sentiment mitigé. // Voir la suite sur l’article suivant (4).
Pour finir en beauté, la quatrième pièce est une chorégraphie de Fabio LOPEZ : «Molto sostenuto #2.0», destinée à deux couples classiques, sur le «Concerto pour violoncelle n°2 en do mineur» de Dmitri KABALEVSKY. Inspirée par le poème de Vladimir NABOKOV «Le Pèlerin», cette œuvre est la plus captivante, avec une belle atmosphère, une technique intéressante et le sentiment que les danseurs sont artistiquement habités par la chorégraphie (photo du haut : Zoé CHARPENTIER et Tom RESSEGUIER ; photo du bas : Miyu HIRAMATSU et Théodore POUBEAU). Au final, les quatre pièces présentées font preuve d’une grande variété et montrent l’étendue des possibilités des jeunes artistes chorégraphiques d’étuDiANSE Classique et Contemporain. (Article Patrick HERRERA)
Du 25 au 28 avril 2017, le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (C.N.S.M.D.P.) présente «étuDiANSE Op. 6». Chaque spectacle se compose de quatre chorégraphies qui sont interprétées par les classes Classique et Contemporaine du ‘Junior Ballet’ (2ème cycle d’enseignement supérieur). La première pièce, «Behind closed Doors» (photo), est une création collective des danseurs étuDiANSE contemporains autour du répertoire de Wim VANDEKEYBUS, sous la direction artistique d’Eduardo TORROJA et sur une musique de percussions du Trio Chemirani. Cette chorégraphie énergique s’articule autour de l’affrontement dans les rapports humains et enchaîne combats, puis fuites, avant de développer l’entraide. De bonnes choses et des échanges intéressants entre les six interprètes contemporains, pour une pièce agréable. // Voir la suite sur l’article suivant (2).

Commentaires

16.05 | 13:56

Un spectacle de qualité avec une programmation harmonieuse entre les pièces classiques et contemporaines, mais aussi au niveau de la musique. Une belle soirée !

...
15.05 | 14:26

Un beau moment très bien dansé qui permet de s'échapper du quotidien.

...
15.05 | 00:47

Une soirée inoubliable. Un enchantement pour moi qui ai découvert mes sculptures en mouvement. Quelle émotion! Un spectacle de grande qualité.

...
11.12 | 02:27

Ekaterina & Dmitri ont évolué sur 2 musiques : d'abord le Prélude n°20 de Frédéric CHOPIN, puis 'Les Quatre Saisons' d'Antonio VIVALDI arrangé par Nigel KENNEDY

...